Qu’est-ce qu’on appelle « crise »?

Le mot lui-même est très dévalué et a perdu beaucoup de sens à cause de son utilisation constante en relation avec une situation compliquée. En même temps, il est indubitable que nous sommes au milieu d’une profonde transformation globale dans pratiquement tous les domaines de la vie des sociétés. Ce changement a commencé en Europe occidentale il y a plusieurs siècles et s’est accéléré de plus en plus.

Les sociétés du passé étaient plus stables que les sociétés actuelles parce que le mode de vie fondamental variait peu d’un siècle à l’autre. On pourrait parler, par exemple, d’une ancienne culture ou civilisation du blé et de la vigne, d’une civilisation du riz, d’autres du maïs et (en Afrique) des cultures de manioc. Il y avait aussi des cultures d’oasis et de chameaux, des cultures de pêche et même des cultures prédatrices (les peuples barbares vivent des raids au détriment des cultures les plus avancées).

Dans ces cultures, les crises résultaient d’abus écologiques locaux ou régionaux (qui affectaient la subsistance de base), de conflits de leadership, de catastrophes climatiques locales ou régionales (sécheresses, périodes glaciaires) de grandes épidémies ou pandémies.

Télécharger l’article complet