Atelier : Education et systémique

Contact : Véronique Gignoux-Ezratty, veronique.ezratty(at)cefasp.org
Véronique Gignoux-Ezratty est consultante dans le domaine du management de projets et chercheuse. Ses recherche porte sur la gouvernance des groupes sociaux, avec comme application la gouvernance de l’Education Nationale et à la gouvernance des projets.
Ingénieure de l’Ecole Centrale Paris depuis 1984 et docteure en génie industriel depuis 2012, elle est cofondatrice du CeFASP, «Cercle Francophone pour l’Application des sciences des Systèmes aux Projets». Elle est membre du conseil d’administration de l’AFSCET.

Résumé :
Pour être capable de faire face aux crises, chaque pays doit mettre en place un système éducation performant. L’éducation est à prendre au sens de la formation et des apprentissages tout au long de la vie, qui va de l’émulation des très jeunes enfants jusqu’à la construction de ses compétences et connaissances par l’adulte à travers les contacts sociaux et l’accès aux médias de la culture, en passant par la
formation initiale et la formation continue formelles.
A une place de pivot des systèmes éducation se trouve l’ « école des fondamentaux ». Cet enseignement est suivi par toute une classe d’âge et doit donner les connaissances et compétences indispensable pour participer à la vie de la société et choisir son parcours de vie et ses formations professionnelles. L’école des fondamentaux commence vers 6 ans, lorsque le cerveau de l’enfant a la maturité pour apprendre la lecture. La fin dépend de la stratégie éducative du pays et se situe avant 16 ans. L’OCDE mène une grande enquête nommée PISA (Programme for International Student Assessment) qui mesure les performances des élèves à 15 ans dans de nombreux pays. De faibles résultats à PISA peuvent déclencher des prises de conscience et mettre le système éducation en état de crise.
L’école des fondamentaux forme donc un système qui se trouve dans un système plus grand qui comportent de nombreux autres systèmes comme l’éducation par les rapports sociaux avec sa famille ou ses amis, l’enseignement supérieur ou la
formation professionnelle.
Les communications pourront porter sur l’utilisation de la systémique pour décrire ou améliorer un ou plusieurs systèmes faisant partie d’un système éducation, en particulier ceux qui sont en situation de crise. Il faut aussi que le système éducation donne les moyen et d’appréhender la complexité du monde et donc apprenne la systémique à l’école. Les communications pourront porter sur des retours d’expérience de l’enseignement de la science des systèmes dans les systèmes éducatifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *